Cali et Yann Orhan signent « 15 ans », un film énigmatique et déroutant

Publié par LaVieCali le

Qu’importe l’âge que fêtait réellement Cali ce lundi 28 juin, c’est bien le titre « 15 ans » qui a été mis à l’honneur pour célébrer son anniversaire. Au-delà du clin d’œil à cette envie de garder la pureté et l’insouciance propres à la jeunesse, le film qui accompagne cette chanson se présente comme une création osée, déstabilisante, posant beaucoup de questions et ne laissant personne indifférent. Cet étonnant travail artistique nous montre à nouveau un Cali capable de surprendre – et de se livrer à des registres sur lesquels on ne l’attend pas forcément.

Cali signe son clip 15 ans avec Yann Orhan
Le clip de 15 ans posté sur Facebook

Un nouveau court-métrage autour de « Cavale »

L’an dernier, avant la sortie de l’album « Cavale », un premier court-métrage autour de « Viens avec moi » avait été dévoilé. À l’époque, pour présenter ce disque à venir, Cali évoquait déjà un projet très complet, reposant à la fois sur de la musique, des textes et des films artistiques.

Cette fois, le jour de son anniversaire, Cali nous offre le film de « 15 ans », qu’il a réalisé lui-même avec Yann Orhan, comme c’était le cas pour « Viens avec moi ».

L’image d’un visage tuméfié sur des paroles enjouées

La chanson « 15 ans », à elle seule, regorge déjà de contrastes. En effet, si la mélodie peut sembler assez mélancolique, on s’aperçoit que les paroles font plutôt référence à une histoire d’amour adolescente, à la frontière de l’insouciance… Un registre plutôt positif, que l’on trouvait déjà dans le livre « Cavale ça veut dire s’échapper » et dans les paroles de plusieurs chansons du dernier album.

Pourtant, le film réalisé autour de ce titre évoque des réalités plus dures. On y voit un visage tuméfié, souffrant, blessé, dont les expressions démontrent une véritable douleur.

Le clip de 15 ans par Cali

Les paroles de « 15 ans » peignent fidèlement ce que l’on vit lors des premiers amours « Tu me plais vraiment, je voudrais peigner tes cheveux, avec le bout de mes doigts, et puis caresser tes joues, viens toucher la nuit avec moi ».

Mais elles démontrent aussi une envie d’ailleurs et une forme de souffrance, puisqu’elles évoquent des « yeux tristes » qui « supplient le bonheur ». Toutes les interprétations de cette création restent à l’état d’hypothèses, puisque rien n’a été livré à leur sujet… N’est-ce pas d’ailleurs le charme d’un travail artistique ? Chacun reste libre de trouver dans ces images le sens qui lui parle !

Dans son message accompagnant la vidéo, Cali remercie le comédien Nicolas Avinée, qui a réalisé pour ce projet une performance étonnante. Le film est disponible sur sa page Facebook officielle.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *