DIGRESSION : « Vampire en pyjama » – Dionysos (avis)

Publié par LaVieCali le

Ce blog est dédié à Cali. Mais les digressions ne sont jamais interdites… Surtout quand elles touchent un groupe que Cali apprécie également !

La semaine dernière, sur Facebook, Cali nous recommandait vivement d’acheter l’album Vampire en pyjama signant le retour de Dionysos.

« Album magnifique d’un groupe qui l’est tout autant. » Cali

La critique de Cali sur l’album Vampire en pyjama est brève mais a le mérite d’être claire. Après l’avoir écouté une bonne dizaine de fois, je ne peux que confirmer son avis et même en rajouter une couche. Oui, Vampire en pyjama est une pure réussite, un concentré de titres à l’univers enchanté, un délice à écouter du début à la fin.

 

dionysos vampire en pyjama

Cliquez sur l’image pour acheter l’album

Pourtant, la réalisation de cet opus s’est faite dans un contexte très difficile : les chansons sont directement inspirées de la terrible épreuve affrontée par Mathias Malzieu avec brio. Il a vaincu une aplasie médullaire. Une déficience totale de la moelle osseuse, mortelle. Il aime dire qu’il s’est fait pirater son système immunitaire, ses propres défenses se battaient contre lui. On appelle ça une maladie auto-immune. Mais c’est un mot dur, alors le chanteur artiste a préféré dire qu’il s’était fait hacker.

Contre toute attente, à aucun moment l’album ne sombre dans le pathos. C’était pourtant très très risqué. Les paroles sont bourrées d’images, de métaphores agiles et baignent dans un univers étonnamment très éloigné de tout ce qui touche à la maladie. Deux titres en anglais, Hospital blues et Know your anemy sont pourtant très inspirés des troubles de Mathias Malzieu à l’époque où il luttait contre son aplasie : la fièvre, le froid, l’anémie, le combat. Emportés par la musicalité de l’anglais de la chanson en elle-même, on apprécie tout de même ces chansons, malgré les difficiles sujets évoqués.

 

De la poésie et une musique prodigieuse

L’album est une grande poésie qui se décline en 13 titres. Il commence par Chanson d’été, une adaptation de la « Chanson d’automne » de Verlaine, avec ajout de paroles. La musique, douce au départ, s’emballe et se termine dans une ambiance où l’espoir domine « Le passé décomposé, à conjuguer au plus que présent ».

Skateboarding sous morphine est un pur régal. Un vrai parallèle est réalisé avec le livre Journal d’un vampire en pyjama, les références sont les mêmes. Une fois encore, les instruments jouent à la perfection et les mots sont énoncés clairement pour que l’on saisisse toute la subtilité du morceau.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=d4ebC2dodUM]

J’ai aimé toutes les chansons de cet album. Elles savent se démarquer les unes des autres tout en restant dans un seul et même univers. Mathias Malzieu a été remarquable dans l’écriture, puisque les paroles sont composées de multiples références à son univers, à des métaphores, à son histoire. Une histoire dure, dramatique même si l’issue a été positive, racontée en poésie, en réussissant à nous faire sourire.

Parmi les chansons, j’ai un coup de cœur sur les paroles de Dame Oclès. Encore une fois, il faut avoir lu le livre pour mieux comprendre, mais cette Dame a été présente pendant les nuits et les journées les plus sombres de Mathias Malzieu : cette figure de la mort est si bien décrite dans le Journal d’un vampire en pyjama qu’on arrive à se la représenter. Mais j’avoue avoir trouvé extrêmement judicieux et poétique de comparer la mort à cette DameOclès, comme l’épée. Digne d’un génie de l’écriture !

A lire : Journal d’un vampire en pyjama

Si vous avez aimé l’album Vampire en pyjama, je vous conseille vivement de lire le livre Journal d’un vampire en pyjama. Il est écrit avec une main en or, puisque Mathias Malzieu a lui-même rédigé l’histoire de son combat contre l’aplasie médullaire.

journal d'un vampire en pyjama

Cliquez ici pour acheter le livre

Encore une fois, la poésie et les métaphores sont toujours là pour adoucir la dure réalité. Le but n’est pas de vous faire pleurer et de jouer sur le registre pathétique. Les anecdotes drôles sont toujours là pour vous arracher un sourire, même quand le contexte est dramatique.

Je n’en dirai pas plus sur ce livre, ni même sur l’album, j’en ai déjà parlé bien assez. Maintenant, c’est à vous d’acheter ces deux produits pour vous faire votre propre avis !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *