Du rire aux larmes : Éparpillés, un recueil de poèmes vibrant

Publié par LaVieCali le

« Éparpillés » porte si bien son nom. Dans ce recueil de poèmes, Cali rassemble des écrits qui n’auraient pas forcément pu constituer un livre ou une chanson. La poésie spontanée, celle qui vient là où on ne l’attend pas, que l’on retrouve sur un papier froissé au fond d’un tiroir. Ici plus que jamais, on prend conscience que la beauté se trouve bien souvent dans l’imprévu.

Une large palette d’émotions dans un recueil aux multiples visages

S’il y avait un fil conducteur dans « Éparpillés », ce serait probablement celui de la liberté. D’un poème à l’autre, de surprise en surprise, on ressent l’agréable impression que Cali ne s’est rien refusé, qu’il a laissé toutes les portes ouvertes… Avec, pour seule limite, une imagination débordante de poésie.

À nu, il a publié ses poèmes les plus sombres, mais aussi les plus satiriques, les plus drôles, les plus incandescents. Dans ce recueil de tous les possibles, une seule sensation demeure inatteignable, pour le plus grand plaisir du lecteur : l’ennui !

Bercé par des pensées tantôt joyeuses tantôt torturées, on ne sait jamais à quoi s’attendre en abordant un nouveau titre. Le plaisir de la découverte reste intact page après page.

Une écriture ciselée, talentueuse, mais toujours libre

On reconnaît bien le style ciselé de Cali dans « Éparpillés », au travers du poids propre à chaque mot choisi, si fort qu’il ne peut être le fruit du hasard. On retrouve aussi son style sur des bribes de chansons, comme « Elle m’a dit » ou « Pensons à l’avenir » et « Mille ans d’ennui », entre autres. On renoue aussi avec sa plume de romancier, au rythme des textes qui font écho à son enfance et à son adolescence, à son passé.

Cali ne s’est pas forcé à respecter le cadre d’un sonnet ou d’un poème en alexandrins. Il a livré sa vision de la poésie, comme il transmet son propre point de vue quand il fait de la musique, quand il imagine ses romans autobiographiques ou qu’il interprète les chansons sur scène. Toujours, il s’affranchit des contraintes, au service de la beauté artistique.

« Éparpillés » fait écho à ce qu’il y a de plus brut et de plus pur dans la poésie. Il montre un Cali qui ose tout, qui rédige sans artifice, qui raconte la joie, la douleur, le rire, la honte. Des sentiments forts sublimés par un style authentique et une maîtrise épatante du choix des mots.

Encore une fois, Cali nous prouve sa capacité à relever un nouveau défi, à se lancer dans un nouveau registre. Un pari gagné haut la main.

Cliquez ici pour commander Éparpillés de Cali


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *