Authentique et bouleversant : l’excellent premier roman de Cali

Publié par LaVieCali le

Pour son premier roman, « Seuls les enfants savent aimer », Cali détaille son quotidien à Vernet-les-Bains au lendemain du décès de sa maman. Cette histoire touchante, celle d’un jeune de 6 ans déjà orphelin, donne naissance à un livre marquant, qui déclenche une tornade d’émotions à la lecture. Sortie le 18 janvier 2018 !

Le live de Cali, seuls les enfants savent aimer, roman, 2018

Seuls les enfants savent aimer, roman de Cali publié au Cherche Midi (sortie le 18 janvier 2018)

Que reste-t-il à un enfant dont la maman est décédée, quand il ne peut plus se réchauffer dans ses bras le soir, quand il n’a plus cette oreille attentive qui l’écoute parler, le rassure et le console ?

Cali n’a pas juste écrit un livre. Il a retracé, dans un roman authentique et très intense, une année sombre de sa vie. Celle qui a suivi la disparition de sa maman. Il n’avait que six ans. Un exercice délicat, exécuté brillamment.

Un enfant chamboulé par la perte de sa mère

Suite au décès de sa maman, Bruno est un jeune enfant torturé par des idées noires, des sentiments comme la culpabilité, la peur de mourir, le besoin de protéger les siens. Face à cela, difficile pour le lecteur de ne pas se laisser submerger par les émotions.

Pourtant, tout au long du récit, on ressent aussi de l’espoir : cet espoir est là avec ces frères et sœurs unis, ce père fort dans la douleur, cette amoureuse qui rend Bruno enfin vivant, cet ami pour la vie avec qui il traverse les beaux moments comme les drames.

Alors on suit le parcours du jeune Bruno, on s’attriste de le voir parfois sombrer, on se rassure quand on réalise qu’il semble prendre du bon temps. Avec lui, on attend que reviennent enfin les joies de l’enfance, bien qu’elles conservent toujours un goût amer, sans une maman pour les partager.

Cali enfant livre seuls les enfants savent aimer 2018

Cali enfant, photo sur la couverture du livre « Seuls les enfants savent aimer »

Un roman intime et émouvant

La maman de Bruno n’est plus là pour consoler ses peines ou connaître ses joies. Mais il lui écrit dans ce livre. Comme pour combler ce manque, pour que la mort ne vienne pas rompre toute communication.

Dans ses chansons, Cali a déjà prouvé son talent pour trouver les mots les plus forts, ceux qui correspondent parfaitement à la situation et permettent de s’imaginer précisément la scène décrite.

Dans son roman, il parvient également à retranscrire fidèlement chaque scène. Puisqu’il s’adresse à sa maman tout au long du livre, il n’hésite pas à exprimer tout ce qu’il a sur le cœur. Le lecteur, mis dans la confidence, peut se sentir dérouté, parce que tout cela reste très intime.

En choisissant de tout déballer et de ne cacher aucun sentiment, Cali nous donnerait presque l’impression d’être là, à Vernet-les-Bains, et de voir toute l’histoire se dérouler sous nos yeux. En ouvrant son esprit et en exprimant ses pensées, il implique encore un peu plus le lecteur. Impossible de lâcher ce livre quand on le commence, on est pris dans l’histoire et on veut la poursuivre jusqu’au bout.

Un style sans filtre, percutant et sincère

Le défi n’était pas simple à relever, car écrire en se mettant dans la peau d’un enfant de 6 ans peut créer des barrages. Cali maîtrise remarquablement cet art, et en tire même parti : c’est l’occasion d’aborder ce passage de sa vie d’une façon on ne peut plus authentique. Son style est naturellement très épuré, sans fioritures, sans mots faibles. Résultat : le lecteur est touché en plein cœur et captivé, difficile de reposer ce livre quand on s’est déjà imprégné des premières pages.

À 6 ans, peut-on vraiment comprendre ce que la mort signifie ? Et quelles sont les ressources pour s’en remettre ? Tout au long de ce livre poignant, on découvre le parcours d’un enfant qui cherche à se raccrocher à la vie, à retrouver espoir alors que tout a changé dans son quotidien. Une expérience de lecture qui ne peut laisser de marbre.

« Seuls les enfants savent aimer » est un roman vrai. Même si l’on ne connaît pas la part d’autobiographie et la part de fiction (si elle existe), on sent que le discours déborde de sincérité. Une histoire difficile contée avec un talent d’écrivain incontestable. Sa découverte est un moment très fort, les émotions se bousculent et l’on savoure un roman profondément touchant et merveilleusement bien écrit.

Le premier roman de Cali sort le 18 janvier 2018 dans toutes les librairies physiques et en ligne. Si vous voulez le recevoir chez vous, vous pouvez le commander ici.


1 commentaire

Cavale ça veut dire s’échapper : le 2e roman de Cali sort le 14 mars ! – Pour les fans de Cali · 16 janvier 2019 à 19 h 36 min

[…] succès de Seuls les enfants savent aimer, son premier roman, lui a permis de venir raconter son histoire dans les conférences menées en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *